Rechercher
  • Stéphanie Loré

"En attendant Eden" Elliot Ackerman chez Gallmeister


Eden, soldat des Forces Spéciales, est le seul rescapé de la bombe qui a atomisé le Humvee dans lequel il se trouvait. Depuis trois ans, il est soigné au Centre des grands brûlés de San Antonio. Cet homme de cent kilos, fin connaisseur de vins, gastronome, ne pèse plus que trente kilos et, s'il entend le monde, sa vie intérieure est erratique et il ne peut plus communiquer.

Son frère et sa soeur l'ont enterré, refusant de croire à une résurrection. A ses côtés restent Mary, son épouse, et Andy, sa fille, née après le drame. Mary n'admet pas de capituler, balançant entre l'envie de libération pour Eden, pour elle, et la rage d'espérer encore. Elle a jeté l'ancre dans le corps de son mari et le veille.


Elliot Ackerman est Vétéran du Corps des Marines, ancien membre des Forces Spéciales et parle avec justesse de l'engagement, de la foi que l'on met dans les missions, aussi de l'essorage dans lequel certaines vous laissent, vous perdant à vous-même; comment l'on peut revenir exsangue, vide de toute envie, hébété, insensible à force de se protéger, de se barricader.

Avec pudeur, il aborde une multitude de questions, sans chercher à être moralisateur : l'amitié, la vie, la mort, la culpabilité, la fidélité - à soi, à l'autre, aux contrats signés.

Il a choisi pour narrateur un fantôme, un ami d'Eden, resté dans l'explosion. Un procédé qui pourrait être artificiel mais ne l'est pas, tant Elliot Ackerman est virtuose dans l'art de raconter un monde où la vue et la parole n'ont plus de place. Il se glisse avec aisance dans le coeur de chaque personnage et saisit avec acuité les doutes de Mary, les dilemmes de Gabe - le chef de service -, les peurs d'Eden... autant d'émotions qui deviennent les nôtres.

Un roman hors normes, une histoire d'amour poignante et flamboyante.

8 vues0 commentaire