Rechercher
  • Stéphanie Loré

"Grand Union" Zadie Smith chez Gallimard


Je lis Zadie Smith depuis son premier roman, le remarquable "Sourires de loup" et je suis toujours fan. Elle nous offre avec "Grand Union" un recueil de nouvelles éclectiques et engagées, variant le ton et les angles de vue - il y a le regard de cette mère célibataire sur sa fille aînée qui devient une femme; ces estivaliers anglais qui ont privatisé un hôtel dans le sud de l'Espagne où ils vivent en vase clos en oubliant la réalité autour, celle des employés africains exploités dans les serres locales; des célébrités américaines en fuite après le 11 septembre; un homme qui vit son dernier jour sur terre; Kelso Cochrane qui fait partie de l'Histoire, jeune homme originaire d'Antigua, lynché par un gang d'hommes blancs en 1959 à Notting Hill...

L'auteure dresse un portrait de notre époque dans toutes ses facettes, s'approchant au plus près de la vie. Elle se penche sur la question du temps, qui fuit et après lequel nous courons - qu'en faisons-nous ? Elle s'intéresse à l'identité et à ce qui nous définit humain - est-ce notre couleur de peau, notre appartenance sociale, nos héritages familiaux, etc. ? Elle nous parle d'exil, de multiculturalisme, de la difficulté de transmettre d'une génération à une autre, d'art et de l'importance de l'imagination, de politique. Elle dit le caractère essentiel de trouver un équilibre, de fuir la superficialité, de ne pas mettre entre parenthèses son corps, ses désirs, ses rêves, de se garder la liberté d'être curieux de tout.

La plume de Zadie Smith est vivante, rythmée et, virtuose, épouse à la perfection les tons choisis - que ce soit la dystopie, encore la satire sociale -, comme les différents points de vue - ainsi celui de Dieu qui considère sa Création.


"En se faisant lyncher, personne ne s'est jamais dit : "Au moins, ça débouchera un jour sur le mouvement des droits civiques". La victime se contente de trembler, de souffrir, de hurler et de mourir. La douleur est la chose la moins symbolique qui soit."


"Quelle solution à la vie ? Comment "bien" la vivre ?"

2 vues0 commentaire