Rechercher
  • Stéphanie Loré

"Là où chantent les écrevisses" Delia Owens chez Seuil


Nous sommes en Caroline du Nord, dans un marais, labyrinthe piégeux uniquement accessible aux initiés dont Kya fait partie. Elle a six ans quand sa mère part, fuyant un mari alcoolique et coléreux, si désemparée qu'elle ne pense pas à emmener ses enfants. Ce sont ensuite ses frères et soeurs qui la quittent, les uns après les autres, pour se soustraire à la violence du père dont ils sont désormais les cibles. Kya reste seule avec ce père, pétri de rancoeur, souvent absent. Elle a deviné qu'elle doit se faire discrète et trouve refuge dans la nature et ce marais qu'elle connaît parfaitement gardant au creux du coeur l'espoir de revoir sa mère. Et puis, un jour, son père ne revient pas et Kya apprend à survivre, Miss Débrouille, s'éveillant aux mystères de la vie en observant la faune qui l'entoure, défiant les services sociaux et la vindicte des habitants de Barkley Cove, la ville la plus proche du marais, ville ségrégationniste dont la majorité des citoyens la voient comme une petite sauvageonne, une enfant-louve, curiosité locale autant qu'énigme. Elle se laisse approcher par Tate, un ami de son frère Jodie, qui veille sur elle, lui enseigne la lecture et l'écriture. Kya grandit, prend conscience de la face sombre de l'âme humaine et s'ouvre à l'amour.


Delia Owens est diplômée en zoologie et en biologie. Elle nous plonge au coeur d'une nature fascinante et châtoyante. Elle nous rend palpables les odeurs, la consistance de la terre, les mille reflets de la lumière, les brumes et la beauté des nuits. Cette nature est source d'éveils pour Kya - elle est curieuse et observe tout, notamment les comportements amoureux, les rapports de force chez les insectes, les oiseaux, les animaux. Elle y trouve abri et réconfort, s'y consolant des abandons successifs qui lui ont été imposés et qui ont lézardé la confiance qu'elle peut accorder à autrui. Elle esquive tout contact pour ne pas souffrir - "Elle avait donné sa chance à l'amour; maintenant elle voulait seulement remplir les espaces vides. Alléger sa solitude tout en protégeant son coeur."

L'auteure s'interroge : qu'est-on prêt à donner pour vaincre sa solitude ? Comment pardonner les trahisons ?

Kya est un coeur pur qui ne possède pas les outils nécessaires à la vie en société, qui ignore tout des masques que bien souvent l'on revêt. Elle est belle, libre, aussi imprévisible qu'une averse, elle a conservé une innocence enviable. Elle se frotte à la forfanterie, aux abîmes de l'âme humaine et sort les griffes pour se protéger.


Ce premier roman de Delia Owens est plaisant à lire, entrelaçant histoire d'amour, drame familial et intrigue policière. Il se veut aussi social nous décrivant les ravages de la guerre, les dégâts engendrés par l'étroitesse d'esprit et la bêtise humaine.

Elle mêle subtilement la rage à la douceur, une douceur qui évite la mélancolie et qui danse avec la lucidité, s'émaillant de poésie - la poésie qui dit plus qu'elle ne cache.


"Voilà le rôle de la poésie. Elle dévoile, dans toute la force du terme. Elle montre nues, sous une lumière qui secoue la torpeur, les choses surprenantes qui nous environnent et que nos sens enregistraient machinalement." Jean Cocteau


Je suis séduite par le message qui nous est transmis, surtout en nos temps tourmentés où nous malmenons la planète : la nature est essentielle et riche en enseignements, Maîtresse ès Sagesse. Il y a un horizon loin de la fureur des hommes.


Pour terminer, une explication de ce magnifique et intrigant titre. Il s'agit d'un proverbe familial inventé par la mère de Delia Owens qui encourageait sa fille à explorer la nature.

"Ca veut dire aussi loin que tu peux dans la nature, là où les animaux sont encore sauvages, où ils se comportent comme de vrais animaux."

8 vues0 commentaire

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon