Rechercher
  • Stéphanie Loré

"La Tendresse du crawl" Colombe Schneck chez Grasset


Colombe Schneck dans ce récit, court, simple et pudique raconte une histoire d'amour, cette histoire qui, malgré la souffrance, l'a rendue à elle-même.

Gabriel avait douze ans, elle quinze quand ils se sont rencontrés pour la première fois, leurs mères étant très bonnes amies. Rien n'a commencé alors. Tout advient trente-cinq ans plus tard. Ils sont tous deux divorcés, ont des enfants, des univers éloignés, une même attirance. Leur relation a duré neuf mois, une véritable naissance pour elle.

De lui, elle a gardé l'emballage de la chambre à air qu'il lui avait offerte dès leur deuxième rendez-vous, des photos de bouquets, de draps défaits, deux chansons qu'il lui a composées... Aussi, une plus belle technique de crawl pour mieux fendre l'eau, surtout les flots de la vie.

Colombe a l'amour inquiet, recherchant dans ses rencontres la perfection de celui que son père éprouvait pour elle. Grâce à Gabriel, elle comprend que cette quête est vaine, qu'elle n'a pas à être disponible, obéissante, patiente et que son bonheur lui appartient. Grâce à la nage qu'elle a perfectionnée, elle se reconnecte à son corps trop longtemps ignoré et, enfin, n'a plus peur. Elle a appris à accepter la part d'incertitude inhérente à la vie et sait, à présent, qu'il n'y a pas que des histoires pourries, que l'amour peut être heureux.

Malgré la violence de la séparation voulue par Gabriel, au nom de leurs trop grandes différences, les mots de Colombe ne sont que gratitude envers l'homme qu'elle a aimé et qui lui a donné accès à une certaine forme de paix intérieure.

Très personnel, mais pas que...

3 vues0 commentaire