Rechercher
  • Stéphanie Loré

"Les Impatientes" Djaïli Amadou Amal chez Emmanuelle Collas


Nous sommes au Cameroun, dans la communauté peule. Ramla et Hindou, sa demi-soeur, sont mariées le même jour à des hommes qu'elles n'ont pas choisis. Le mariage arrangé n'est pas une fatalité pourvu que l'on soit plus jolie que les autres, passeport pour pouvoir élire l'un de ses prétendants et que le choix soit confirmé par le patriarche.

Ramla a dix-sept ans quand elle se découvre amoureuse d'Aminou, le meilleur ami de son frère. Il étudie les télécommunications à Tunis et se destine à être ingénieur. A ses côtés, elle aura la possibilité de continuer ses études et de devenir pharmacienne. Contrairement à ses soeurs, elle n'a que faire d'un homme riche qui lui offrirait grande maison et domestiques. Mais pour son plus grand malheur, son oncle a promis sa main à leur plus important partenaire en affaires., un homme de cinquante ans. Ramla résiste, puis cède, par obéissance vis-à-vis de ses aînés, par respect envers sa famille. "Une rage impuissante et muette m'étrangle. Envie de tout casser, de crier, de hurler."

Hindou est unie à son cousin, Moubarak, un garçon alcoolique et colérique. Il la frappe et la viole le soir de leurs noces. Un viol ? que nenni, rien de cela dans le mariage ! Des coups ? non, non, simplement l'expression de la virilité de son mari, un hommage à sa grande beauté... C'est dans l'ordre des choses. Hindou est sommée de se taire et d'endurer. La patience est la seule réaction possible.

Le temps de la rébellion n'est-il pas venu ? Le souffle de la révolte ne se lève-t-il pas ?


Un roman choral magnifique et poignant qui nous donne à voir une société patriarcale qui considère que "le paradis d'une femme se trouve aux pieds de son époux", qu'elle doit faire profil bas pour éviter la répudiation et jeter l'opprobre sur sa famille, qu'elle doit faire preuve de patience et tout supporter. Un roman qui dit non, qui s'oppose à une tradition qui se résume à de l'esclavage, qui montre le chemin vers la libération, la force que nous possédons pour nous affranchir des carcans et des injustices, qui affirme la richesse d'une vie, irréductible à la contrainte et à l'avilissement.

L'auteure écrit d'une plume dénuée de falbalas, son style est simple, direct et, immanquablement, résonne dans le coeur du lecteur. Un sujet qui dérange et dont la mise en lumière est essentielle.


"Sauvez-moi, je vous en supplie, on me vole mon bonheur et ma jeunesse ! On me sépare à jamais de l'homme que j'aime. On m'impose une vie dont je ne veux pas. Sauvez-moi, je vous en conjure, je ne suis pas heureuse comme vous voulez le croire ! Sauvez-moi, avant que je ne devienne à jamais l'une de ces ombres cachées à l'intérieur d'une concession. Sauvez-moi avant que je ne dépérisse entre quatre murs, captive. Sauvez-moi, je vous en supplie, on m'arrache mes rêves, mes espoirs. On me dérobe ma vie."


Prix Goncourt des lycéens 2020

18 vues0 commentaire