Rechercher
  • Stéphanie Loré

"Les secrets de ma mère" Jessie Burton chez Gallimard


1980. Elise Morceau a vingt ans, une beauté naturelle qui attire les regards mais elle se sent invisible. Jusqu'à ce que Constance Holden pose les yeux sur elle, un après-midi, dans le parc de Hampstead Heath. Elise y avait rendez-vous avec un homme qui n'est pas venu, l'amour l'attendait cependant.

Constance - Connie - a trente-six ans et est une écrivaine célébrée. Elle offre à Elise la tendresse qu'elle n'a pas encore connue. Elise s'installe vite chez Connie et ne pense à rien d'autre qu'à son amour pour elle, impuissante face à sa force. Mais elle a aussi parfois des sursauts de pure haine envers elle, jalousant ce qu'elle est, ce qu'elle a, elle qui possède si peu. Or, la passion consume plus qu'elle ne construit...


2017. Rose Simmons a passé son enfance à imaginer des destins à sa mère disparue lorsqu'elle était bébé sans laisser de traces, jusqu'à ses quatorze ans et l'abandon des histoires - "J'avais quatorze ans quand j'ai tué ma mère." Et puis, à trente-quatre ans, elle ne se sent plus à sa place dans sa vie - "J'étais captive des fantômes d'une femme, et d'un compagnon qui vivait dans son propre univers fantasmé, et je n'avais rien accompli de ma vie." C'est alors que son père, en rémission d'un cancer de la prostate, lui parle pour la première fois de sa mère... et d'une certaine Constance Holden avec laquelle elle aurait vécu. Rose décide de se faire engager par Connie qui demande une aide, s'invente un nom, une vie, un double audacieux et aventurier qui a accompli tout ce qu'elle n'a pas osé faire. Arrivera-t-elle à duper celle qui a si bien connu sa mère ?


Troisième roman de Jessie Burton qui reprend la forme et les thèmes de "Les filles au lion" : un jeu sur deux temporalités, un mystère à dévoiler, l'émancipation de la femme, l'amour. Elle interroge, dans celui-ci, la relation mère-fille, l'amour entre tendresse et brutalité, ce qu'est être femme, ce qu'est être mère. Elle parle de toutes ces occasions manquées dont le deuil est nécessaire, des méfaits du mensonge, du poisseux sentiment de culpabilité, de la façon de gérer la perte et de notre destin à empoigner à pleines mains. Elle affirme que pour vivre une histoire qui sera véritablement nôtre nous devons nous débarrasser de nos fantômes.

Trépidant, irrésistible, sensible.


Mon coeur penche sans hésitation pour "Miniaturiste", un roman ambitieux, atypique et réellement captivant. L'histoire de Nella dans la Hollande de la fin du XVIIe siècle, mariée pour éponger des dettes à un riche commerçant de vingt ans son aîné qui, pour la calmer de ses fréquentes longues absences, lui offre un cabinet précieux copie conforme de leur maison. D'abord furieuse - elle n'est plus une petite fille -, elle se prend au jeu et commande des miniatures chez un (une ?) miniaturiste qui, après quelques temps, joint des objets qu'elle n'a pas demandés. L'artisan semble bien connaître la demeure et ses habitants... Superbe roman de moeurs, magnifique histoire d'amour et de compréhension.






6 vues0 commentaire