Rechercher
  • Stéphanie Loré

"Rassemblez-vous en mon nom" Maya Angelou chez Notabilia


Maya Angelou, de son vrai nom Marguerite Johnson (1928-2014), est une icône, un monument du récit intime flamboyant de liberté. "Rassemblez-vous en mon nom" est le deuxième volet de son autobiographie, suivant "Je sais pourquoi l'oiseau chante en cage". Elle y raconte ses dix-sept ans, son bébé sans père, sa débrouillardise d'afro-américaine dans une Amérique ségrégationniste.

"(...) j'étais terriblement vieille, affreusement jeune, nantie d'un bébé de deux mois (...)"

Rien ne lui fait peur, elle prend sa vie à bras-le-corps.

"Je quitterais la maison, trouverais du travail et montrerais au monde (le père de mon fils) que j'étais égale à mon orgueil et supérieure à mes ambitions."

Elle sera chef de cuisine créole, serveuse dans un night-club principalement fréquenté par la pègre, mère-maquerelle, vendeuse de vêtements... Elle se fera bousculer par son frère Bailey quand il la voit dépérir par amour pour un homme engagé avec une autre et qui l'abandonne - "La perte d'un premier amour est douloureux à en frôler l'absurdité"; par amour toujours, elle se prostituera - son innocence ayant occulté la vérité du sieur qu'elle fréquentait. Elle manque de peu un engagement dans l'armée qui les aurait, elle et son fils Guy, mis à l'abri pendant un moment. Elle échappe aux drogues dures - surtout, ne pas toucher à ces crasses, elle a vu ce qu'elles font d'un corps. Souvent dos au mur, dans d'impossibles situations, elle réussit toujours à s'en sortir, son imagination fertile courant de rêve en rêve.


"(...) j'avais fait une promesse et redécouvert mon innocence. Je me jurai de ne plus jamais la perdre."


Maya Angelou s'est cultivée et grandie seule; militante, elle a côtoyé Nelson Mandela, Martin Luther King, James Baldwin, Malcolm X; mère, elle fut aimante et exemplaire; écrivaine, elle se dévoile sans fard, sans heurt, et use d'une plume virevoltante, tendre et drôle. Maya Angelou, c'est de l'aplomb, de la résilience, de l'incandescence. Et plus que survivre, c'est exister.

Maya Angelou, une amie, une soeur.

5 vues0 commentaire