Rechercher
  • Stéphanie Loré

"Une bête au Paradis" Cécile Coulon chez L'Iconoclaste


Blanche a aujourd'hui 80 ans et a toujours vécu au Paradis, la ferme de sa grand-mère Emilienne. Celle-ci l' a recueillie, avec son frère Gabriel, à la mort de leurs parents dans un accident de voiture. Elle se souvient...

Blanche est douée à l'école mais ne se voit pas s'éloigner de cette terre qu'elle chérit et qui l'a sauvée. Par contre, Gabriel reste fracassé de la perte de ses parents, timide et malade de tristesse. Il finira par s'installer au village où il rencontre Aurore et un souffle nouveau.

Quand Alexandre entre dans sa vie, Blanche a 14 ans. Si elle reste tout d'abord à distance, maîtresse d'elle-même, les mois passant, elle se laisse aller à la tendresse et à l'amour. Sous le regard furibond et jaloux de Louis, le commis de ferme qu' Emilienne a sauvé des coups de son père, Blanche s'éveille à la sensualité. Dix ans les séparent, Louis l'aime depuis toujours et n'aura de cesse que de la protéger. Lorsqu' Alexandre, à 18 ans, décide de partir étudier en ville, fuyant des parents pétris d'ennui et de résignation, Blanche est dévastée par le chagrin, elle qui avait imaginé une vie à deux sur ses terres, entre vaches, cochons, poules et petit café matinal. Une terre avec laquelle elle a un lien charnel, une terre pourtant marécageuse, vorace, indomptable. Mais Alexandre rêve grand, il rêve libre, porté par une âme ambitieuse.

Quand il resurgit, douze ans plus tard, si les sentiments sont les mêmes, Blanche peut-elle pardonner ?


Une voix puissante et poétique, un style délié et charnel pour nous raconter des histoires de passions : pour une terre, pour un héritage, pour un homme. L'auteure nous entraîne dans une sorte de huis-clos, une ferme isolée théâtre de tous les emportements humains, des joies féroces comme des drames. Un hymne magistral à la nature salvatrice, au désir aussi. Une peinture nuancée, juste et violente de la part d'animalité en nous.

De quoi sommes-nous capables si l'on nous blesse, nous humilie, nous ravage ? Si l'on nous pousse au-delà du rationnel, du raisonnable, à ce moment pivot où notre part humaine s'enrage, libérant des forces primitives ?

Envoûtant.




3 vues0 commentaire