Rechercher
  • Stéphanie Loré

"Une deux trois" Dror Mishani chez Gallimard


L'auteur nous entraîne à Tel-Aviv dans l'intimité de trois femmes qui ne se connaissent pas mais ont un dénominateur commun, un homme du nom de Guil Hamtzani, avocat de son état.


La première, Orna, a la petite trentaine et est enseignante. Elle peine à se remettre de son divorce et couve son fils Erann dont le père est aux abonnés absents. Pour tenter de ne pas se désintégrer, elle s'inscrit sur un site de rencontre et accepte un rendez-vous avec Guil, quarante-deux ans, divorcé, deux enfants. Il a la poigne de main molle, c'est agaçant. Il a un visage rassurant, c'est séduisant. Elle décide de lui accorder une chance.

Emilia est originaire de Riga, a quarante-six ans et est célibataire sans enfant. Elle est venue à Tel-Aviv pour gagner sa vie en tant qu'auxiliaire de vie. Quand Nahum, l'homme dont elle s'occupe, meurt, elle retrouve un emploi à mi-temps auprès d'une acariâtre vieille femme. Elle a besoin de travailler plus, cependant son permis de travail le lui interdit. Esther, la femme de Nahum, qu'elle continue à visiter de temps en temps par amitié lui donne le numéro de son fils avocat. Peut-être sera-t-il à même de l'aider. Son fils n'est autre que Guil.

Ella a trente-sept ans et peine à terminer une thèse, accaparée par ses trois filles dont son mari militaire s'occupe trop peu. Elle se réfugie dans un café pour travailler, c'est là que Guil l'aborde.

Pourquoi laisse-t-il toujours à l'autre l'initiative des rendez-vous? Est-il réellement celui qu'il dit être? Que cherche-t-il dans ses conquêtes ?


L'intrigue est bien menée jusqu'à un final qui s'effondre comme un soufflé. La psychologie féminine est finement observée, les portraits des personnages féminins complets. Avoir choisi comme point de vue celui des femmes - disons-le franco, des victimes - est génial et devrait nous faire palpiter le coeur au fil de la lecture, las, le mien est resté imperturbable. Même s'il est plaisant à lire, le roman manque de pics d'adrénaline, de ce petit quelque chose d'acéré qui fait lire jusqu'au bout de la nuit. Et puis, si nous devinons quelques motivations du sieur baratineur, son personnage n'est qu'esquissé. J'attendais du trépidant, des yeux hallucinés, des frissons... Je suis charmée par l'écriture, pas par l'histoire.

9 vues0 commentaire

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook Social Icon